Le Figuier et le Blastophage 2


                      Le Figuier et le Blastophage

                        Du statut de parasite à l’état d’esclave !

blastophage-du-figuier-3 

 Il s’agit là d’une minuscule guêpe, le blasthophage qui a lié avec le figuier une relation d’interdépendance irremplaçable.

Simplifions un processus qui s’entoure de nombreuses complexités et de quelques nuances.

Il existe d’une part le figuiers mâle ou Caprifiguier  avec des fleurs unisexuées, des deux sexes. Les fleurs femelles arrivant à maturité avant les fleurs mâles, il ne peut donc y avoir d’autofécondation et donc pas de fruit sur cet arbre ;

Et d’autre part, le figuier femelle ou domestique ne comportant que des fleurs femelles enfermées dans la figue. C’est de cet arbre là que seront cueillis les fruits comestibles si savoureux.

 

La pollinisation naturelle d’un arbre mâle à un arbre femelle ne peut se faire alors que2 par l’intervention du blastophage.

Relation d’exclusivité puisque le blastophage lui même ne peut se reproduire en dehors des fructifications du figuier : aucun des deux n’existerait sans l’autre. Plus encore, chaque espèce de Ficus possède sa guêpe spécifique.

En Mai et Juillet, poussée par un impérieux instinct et au prix d’un laborieux effort, au cours duquel elle y perdra ses ailes, la femelle s’insinue au cœur de la fleur pour y pondre ses œufs.

Dans la fleur et non dans le fruit, permettant ainsi à sa larve d’être alimentée avec des nourritures riches en graisses et en protéines, que la plante destine à sa graine (blastos : germe ; phago : je mange)

Les oeufs puis les larves évoluent donc dans une partie de la figue. Parvenu à l’état d’imago, le mâle vit brièvement , le temps de féconder un certain nombre de femelles (un accouplement certainement incestueux!), de les aider à se libérer, grâce à un énorme pénis et de puissantes mandibules avant de mourir d’épuisement.

blastophage-du-figuier-jpg-1

Ainsi fécondées et chargées du pollen de la fleur dont elles sont sorties, les femelle Blastophage effectuent un unique vol vers un arbre femelle qu’elle polliniseront au passage. Quelqu’unes seulement d’entre elles polliniseront quelques fleurs femelles du caprifiguier qui reste la pouponnière du blastophage.

blastophage-du-figuier A partir d’une «simple» relation hôte-parasite, Le figuier est donc passée maître dans l’élevage de ses pollinisateurs en adaptant un calendrier bien précis de floraison des figuiers et d’éclosion des blastophages ,

 Déjà sensible à la raréfaction des,figuiers,sauvages (capri-figuier ou figuier mâle), on imagine les conséquences de la disparition du blastophage sur l’existence de cet arbre sacré et de son fruit.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Le Figuier et le Blastophage

  • Typhaine

    Bonjour,

    Pourquoi les fruits des figuiers males ne sont pas comestibles ?
    Nous achetons une maison avec un magnifique figuier mâle de 40ans, j’ai goûter ses fruits, mais pas le coeur qui était granuleux et blanc s’agit-il des oeufs ?

    Merci d’avance

    • Les pimprenelles Auteur du billet

      Bonjour , Pas spécialiste du figueir mais pour vous la faire courte , je dirai déjà que Les caprifiguiers (ou figuiers mâles) abritent durant l’hiver le blastophage, l’insecte spécifique responsable de la pollinisation sexuée. On reconnaît les caprifiguiers, l’hiver, à la présence de nombreuses figues, déjà formées au bout des rameaux. Ses fruits, parasités par le blastophage, ne sont pas comestibles. Il sont verts, spongieux, secs à l’intérieur, et tombent sans jamais parvenir à maturité. Les fruits des caprifiguiers ne sont jamais comestibles et il n’y a aucun moyen pour les rendre comestibles. Dans la nature un semis spontané donnera autant de caprifiguiers que de figuiers domestiques.
      Mais ayant un caprifiguier chez vous vous en avez donc fait le constat.
      A bientôt!
      Christophe